PSG : Le vrai coup du mercato c'est Leonardo !


Le directeur sportif du PSG, de retour depuis juin 2019, a repris son rôle dans une ligne qui change des dernières années.


OPINION - Tous les supporters parisiens sont unanimes sur cet homme, Leonardo Nascimento de Araújo dit Leonardo. Depuis son retour le 14 juin 2019 il a multiplié les bonnes décisions dont celle, comme son président, d'ouvrir la porte à un départ de Neymar mélancolique de Barcelone.


Un mercato plus que réussi


Dès son retour, il prévient qu'aucun joueur ne sera au-dessus du club. Dans une interview franche et cash il parle du départ de Neymar quelques semaines après son président. Nous sommes début Juillet et le projet est clair pour le mercato : pas de gros investissement, vente de Neymar seulement selon les conditions du Paris Saint-Germain.


« Ce n'est pas le temps de faire de gros investissements » affirme Léonardo

Les arrivées de d'Ander Herrera, Bulka et Bakker en fin de contrat sont aussi le début d'une nouvelle ère pour le Paris SG, celle des bonnes affaires à l'instar de la Juventus (cf Rabiot ou Ramsey cette saison).

A cela il ne faut pas oublier l'achat, avec sa petite clause, de Sarabia l'espagnol auteur d'une excellente saison en liga. L'arrivée dans le secteur défensif de Diallo en provenance de Dortmund. Mais encore d'Idrissa Gueye, un vrai 6, dans le secteur du milieu.


Un mercato que l'on croyait complet avant un mois d'Août de poker menteur entre le FC Barcelone, le Real Madrid et le Paris Saint-Germain pour sa star brésilienne.


«Je parle en français, et si certains ne comprennent pas, alors qu’ils n’ont qu’à prendre des cours »


Le cas Neymar arrivé avec 8 jours de retard selon le club, agace et irrite le directeur sportif qui, dès son retour le 15 juillet, se présente dans le vestiaire avec les joueurs de Thomas Tuchel et affirme que personne n'est au dessus du Paris SG. Une autorité qui n'était plus arrivée depuis longtemps dans le club de la capitale, remettant au passage Neymar à sa place avec cette petite phrase « Je parle en français, et si certains ne comprennent pas, alors qu’ils n’ont qu’à prendre des cours ».


Un jeu de poker menteur en Août


Les unes de l'Equipe s'enchaîne, les médias catalans et espagnols n'arrêtent pas, si comme moi vous avez lu les journaux français cet été il n'y a pas eu un jour sans au moins deux pages sur le cas Neymar Jr.

Pendant plus d'un mois, le Barça a fait des "propositions" : échange de joueurs, prêt payant de deux ans, paiement échelonné. Mais le Paris SG aurait refusé toutes ces offres. Selon les médias, le PSG veut du cash, pour pouvoir se renforcer.


Le Real Madrid meilleur ami du PSG


On le sait les relations avec le Barça n'était plus au beau fixe avec le PSG depuis le départ, record, de sa star il y a déjà deux étés. Et un un outsider est sorti de l'ombre : le Real Madrid.

Alors réelle volonté de recruter Neymar, ou mettre la pression sur le Barça, on ne le saura jamais. Tout ce qu'on peut dire c'est que Léonardo a profité de cela pour accentuer la pression sur le FC Barcelone. Mais aussi négocier l'arrivée de Navas au PSG.


Une fin de mercato surprenante


Les prestations d'Alphonse Aréola, pas rassuré par sa direction, ont accéléré l'arrivée d'un gardien, surtout avec la vente de Trapp. Mais un gardien numéro 1. Le choix était clair, Courtois, Navas ou Donnarumma. L'arrivée de ce dernier étant surtout conditionnée au départ de Neymar.

Au final, le directeur sportif a fait venir Navas, 32 ans, 3 ligues des Champions, un caractère de vainqueur. Il a laissé partir Alphonse Aréola le temps d'une saison. Mais le mercato ne s'arrête pas là. Un numéro 2 a aussi été engagé en prêt, Sergio Rico.


Le coup de grâce et le coup final pour renforcer le PSG à moindre coup fût donc l'arrivée d'Icardi en prêt, avec une option d'achat, pour augmenter la concurrence mais surtout préparer d'éventuelles blessures devant. Cavani pourra se dire que Leonardo n'en avait pas besoin. Mais si le PSG veut jouer dans la cour des grands alors il a besoin d'une énorme concurrence à l'instar de City, du Real, du Bayern, de la Juventus.


Celui qui a permis tout ça, c'est un homme : Leonardo. La seule critique qu'on peut lui faire c'est d'avoir vendu tous les titis parisiens, mais derrière ils rapporteront sans doute plus au PSG que s'ils avaient joué.


Valentin Dreumont.


Crédit image : Footmercato

  • Rejoins-nous sur Facebook !
  • Suis-nous sur Twitter !
  • Suis-nous sur instagram !
  • YouTube - Cercle blanc
Grille des Programmes      Qui sommes-nous ?      Mentions Légales      Contact
Logo Blanc.png
L'info capitale.
© 2020 - DigiParis - tous droits réservés