Mindhunter : le retour après presque 2 ans d’absence


Source: Allociné

La saison 2 de la série Netflix, réalisée et produite par David Fincher , a été mise en ligne aujourd’hui. L’attente valait-elle le coup ?


Je n’ai pas encore fini la saison 2 (je me suis arrêté à l’épisode 5 avant la rédaction de l'article) mais je suis déjà en mesure d’apporter la réponse à cette question. Revenons tout d’abord sur ce qu’est Mindhunter et pourquoi il ne faut absolument pas passer à côté.


On suit ici « Holden Ford », un jeune agent du FBI spécialisé dans les sciences comportementales, désireux de comprendre la psychologie des tueurs récidivistes, pourquoi et comment en arrivent-ils à passer à l’acte à une époque où le FBI appliquait une doctrine totalement différente : « Notre travail n’est pas de les comprendre mais de les électrocuter ». Cette histoire est d’ailleurs adaptée du livre de John Douglas, créateur du profilage et de ces méthodes de compréhension, qui a lui-même interviewé de nombreux tueurs en série. La série est donc basé sur des faits réels et sur la transcription de ces interviews ressemblant à des examens psychologiqus Car oui, Mindhunter s’attaque purement à la mentalité des meurtriers.


L’originalité de la série s’oriente donc sur le déroulement des interrogatoires de ces tueurs en séries : la longue marche de deux agents fédéraux dans une prison, le premier contact avec un vrai sadique, comment choisir ses mots et apprendre à gagner leur confiance tout en maintenant une certaine distance… Ici il n’est pas question d’obtenir des aveux de leur part, mais de décrire minutieusement comment s’est déroulé leur meurtre, l’élément déclencheur ou le plaisir ressenti. On découvre de réels barbares contant des atrocités, parfois se vantant, mais dans un cadre différent. Là où énormément de films ou séries s’arrêtent au simple jugement de bien et mal, Mindhunter va plus loin en montrant que pour ces gens il n’y a soit plus cette vison blanc/noir de la chose ou que le monde dans lequel ils ont vécus, leurs expériences, leurs fantasmes et bien d'autres éléments obscurcissent cette vison. Mais le retour à la réalité est rude car en plus de devoir mener ces interviews, l’agent Ford enseignent à des policiers locaux à travers tout le pays certaines méthodes d’investigations du FBI et apporte parfois son aide à des policiers en détresse sur des enquêtes…


Ces enquêtes ne sont pas nombreuses dans la série mais assez pour réaliser les horreurs auxquels sont confrontés des services de polices de plus en plus dépassés par des événements de plus en plus violents (la série se déroule dans les années 70 aux USA post-Vietnam). On est face ici à un véritable tableau des Etats-Unis représentés comme un pays qui ne se comprend plus et qui ne comprend plus ses citoyens. La saison 2, s'attaquant au tueur d'Atlanta, se permet même d'aborder la question du racisme à travers les meurtres d'enfants noirs et le silence médiatique autour de ces faits. Ces éléments font que la série pourrait tout simplement être bonne mais sans plus mais c’était sans compter sans les 3 éléments qui font que Mindhunter est une des meilleures séries que Netflix ait jamais produit : son écriture, sa mise en scène et son casting.


Pour l’écriture, les amateurs de The Social Network reconnaîtront directement que Fincher est impliqué dans la série (aussi pour la mise en scène). Chaque entretien est captivant et à la fois terrifiant ; on ressent comme un plaisir malsain à écouter ces hommes décrire leurs actes, soucieux de comprendre comment un homme peut en arriver à de telles atrocités. Tout ceci est aidé par une mise en scène extrêmement froide, calibrée, à l’image de l’agent Ford et à une esthétique de gris très prononcé à l’image le tout reflétant l’attitude que doivent avoir ces hommes face à ces tueurs. On ressent aussi par moment une réalisation et une ambiance similaire à Zodiac (autre film de David Fincher) ce qui est, au vu de la qualité du film, un réel avantage. Enfin le casting, composé d’acteurs pour la plupart peu connus du grand public, s’en sort à merveille. Mention spéciale à Cameron Britton, l’interprète de « Ed Kemper », qui vole littéralement chacune de ses scènes et ne manquera pas de vous fasciner.


Alors si vous n’avez toujours pas commencé Mindhunter, vous ratez certainement avec Narcos, la série la plus aboutie de Netflix. Et la saison 2 est pour l’instant au niveau de la saison 1 ce qui est la meilleure chose que l’on pouvait en attendre. Alors va-t-on avoir une saison 3 ? Devra-t-on attendre encore presque 2 ans ? Aucune idée mais si c’est le prix à payer pour une qualité irréprochable alors soit.


La bande-annonce de la saison 1 :



  • Rejoins-nous sur Facebook !
  • Suis-nous sur Twitter !
  • Suis-nous sur instagram !
  • YouTube - Cercle blanc
Grille des Programmes      Qui sommes-nous ?      Mentions Légales      Contact
Logo Blanc.png
L'info capitale.
© 2020 - DigiParis - tous droits réservés