La Colombie manifeste et réclame le départ de son Président


Depuis le 28 avril des milliers de manifestants réclament le départ du gouvernement et du président colombien Ivan Duque sous fond de répression.


Les Colombiens sont descendus dans les rues pour se faire entendre en pleine période de pandémie mondiale. La cause ? Une réforme fiscale que le pouvoir voulait mettre en place qui allait peser sur les classes moyennes du pays. Alors que le pays subit une grave récession économique du fait de la crise du COVID19. Le PIB a chuté de 6,8 pts de PIB en 2020, le taux de chômage est aux alentours de 17% et un taux de pauvreté de près de 50% pour la quatrième économie d'Amérique du Sud.


Un taux de pauvreté de près de 50%


Cette réforme prévoyait l'augmentation de la TVA, et l'élargissement de la base de l'impôt sur le revenu entre autre. Malgré l'abandon de la réforme, les manifestants Colombiens continuent leurs manifestations dans de nombreuses villes du pays pour demander le départ du Président Ivan Duque.


Tremblor, une association recense 37 morts


La répression est dure dans le pays et la journée de mercredi dans la capitale Bogota a montré de nombreuses images des violences policières envers les manifestants. Le bilan officiel fait état de 24 morts et de 850 blessés. Une association, Tremblor, récense également les dérives du pouvoir dans la gestion de ces manifestations. Elle compte déjà 37 morts, mais surtout des violences sexuelles utilisées par les forces de l'ordre colombiennes. Reporters Sans Frontières recense 76 agressions contre des journalistes dont 10 blessés par les forces de l'ordre.


Alors que le président propose un dialogue, il semble déjà rompu. De nombreux Colombiens ont exprimé leur soutien sur les réseaux sociaux avec le drapeau colombien à l'envers pour protester contre les violences qui « renversent le pays ». Les opposants accusent d'ailleurs le pouvoir de censure sur les réseaux sociaux.




0 commentaire